Réseaux sociaux pour les entreprises : comment choisir la bonne plateforme

Jan Tissler Dernière mise à jour : 14.07.2021
7 Min.
Sélection de médias sociaux
Dernière mise à jour : 14.07.2021

Les agences ou les free-lances n'ont généralement pas les ressources nécessaires pour être actif·ve·s sur toutes les plateformes de médias sociaux. Il faut donc établir des priorités. Dans cet article, je te propose une série de questions pour t'aider à prendre une décision : où tes efforts en valent-ils vraiment la peine ?

Il existe plus qu'assez de plateformes de réseaux sociaux. La grande question est de savoir où tu dois investir ton temps et tes efforts. Si tu te poses cette question, alors tu es déjà sur la bonne voie. Car une chose est claire : tant que tu ne travailles pas pour une entreprise mondiale présente partout avec un budget presque illimité, tu dois te limiter.

Plutôt que d'essayer d'être partout, investis tes ressources dans quelques présences en ligne (voire même une seule). Sinon, il ne te restera guère d'énergie pour ces trois conseils importants :

  1. Sois actif et interagis - ne te contente pas de te présenter comme un "émetteur". Tu ne pourras que faire cela si tu prévois suffisamment de temps pour ce faire.
  2. Sois sensible aux spécificités du réseau et connais les attentes des utilisateur·rice·s qui s'y trouvent. Tu dois donc développer un sentiment pour ce qui fonctionne et est bien reçu, tout comme pour ce qui ne l'est pas.
  3. Concentre-toi sur les caractéristiques qui rendent l'offre spéciale et expérimente beaucoup.
Exemple de publication sur Facebook
Les interactions sont généralement plus importantes que la portée

Considérations de base pour ta décision

Il faut donc décider sur quoi se concentrer et ce qu'il faut laisser de côté. Heureusement, il existe un certain nombre de questions qui peuvent t'aider à limiter tes choix :

Qui essaies-tu de joindre ?

Tout d'abord, pose-toi la question suivante : quel est ton groupe cible ? Qui veux-tu joindre avec tes activités sur les réseaux sociaux ? Les réseaux sociaux se distinguent par les groupes démographiques qu'ils regroupent. Cela s'applique aux catégories d'âge ainsi qu'aux intérêts ou aux situations de vie.

Certaines offres sont destinées aux jeunes qui l'utilisent pour passer le temps (par exemple : TikTok). D'autres s'adressent aux personnes qui sont dans la vie active et utilisent le réseau principalement pour ces raisons (par exemple : LinkedIn ou Xing). Ton choix devrait correspondre à tes produits ou services, ainsi qu'à ta clientèle.

Quels sont tes objectifs ?

Ton objectif est également d'une grande importance. Par exemple, toutes les offres ne sont pas adaptées pour augmenter tes ventes. Certains sont plutôt bons pour le marketing de contenu, comme je l'explique dans mon article "Marketing de contenu pour agences & free-lances : ce qui importe vraiment". D'autres sont utiles pour mieux faire connaître ta marque, comme tu peux le lire dans l'article sur la distribution de contenu.

Facebook ou Instagram, par exemple, n'aiment pas du tout qu'on essaie d'envoyer les utilisateur·rice·s vers une page qui ne fait pas partie de leurs offres. Ce genre de poste ne fonctionne tout simplement pas bien. Instagram reste également avare de liens cliquables. Twitter, en revanche, n'a aucun problème avec cela.

Avec quoi souhaites-tu atteindre tes objectifs ?

En outre, les réseaux diffèrent grandement en ce qui concerne les formats utilisés. TikTok est consacré aux vidéos au format court, Twitter aux actualités insolites en tout genre, Pinterest aux photos et aux graphiques.

Peux-tu et veux-tu produire des vidéos approfondies pour YouTube ? Ou préfères-tu t'assurer que le contenu utile de ton propre site web attire plus de lecteur·rice·s ? Ton site web en tant que base est incroyablement important, comme je l'explique ici. Et bien sûr, quelle est la meilleure façon d'atteindre le public visé ? Quels sont les formats qu'iels préfèrent ?

Découvre le comportement de tes groupes cibles

Souvent, tu ne peux répondre à ces questions que si tu connais le comportement de ton public cible. Tu peux en savoir plus grâce aux tutoriels Contenu des ICP : lequel de mes contenus est réussi ? et Pré-tester et affiner les idées de contenu.

Qu'est-ce qui est possible ?

Une question qui, à mon avis, n'est pas posée assez souvent, est : les utilisateur·rice·s de ce réseau social veulent-iels vraiment être approché·e·s par les entreprises ? Et si oui, comment ? Il est souvent très difficile pour les entreprises et les marques d'être vues sur Facebook et d'autres sites, du moins sans paiement. Sven Scheuerle te montre comment cela peut être possible par le biais de publicités Facebook pour stimuler l'intérêt dans son guide pour débutant·e·s, ainsi que dans l'article sur les ICPs de Facebook.

Dans un tel cas, tu pourrais envisager de devenir, toi ou tes employé·e·s, "ambassadeur·rice(s) de la marque". C'est ce que l'on appelle également "l'influence des entreprises". Cependant, il s'agit d'un sujet à part entière qui va trop loin pour cet article. Voici donc une source appropriée sur le sujet.

Qu'est-ce qui convient à toi et tes offres ?

De mon point de vue personnel, que tu es invité·e à contester dans les commentaires, une entreprise a une personnalité qu'elle doit également défendre sur les réseaux sociaux. Daimler, par exemple, est une entreprise mondiale très sérieuse. Fritz Kola ne l'est pas. Les deux devraient agir en conséquence.

Bien entendu, une entreprise comme Daimler se présentera comme étant plus jeune lorsqu'elle recrutera de jeunes talents que lorsqu'il s'agira d'affaires entre entreprises (B2B). Dans certaines limites, cela a certainement un sens. Mais en général, tout ce que fait Daimler doit correspondre à son image de base. Sinon, l'entreprise n'est pas digne de confiance et apparaît rapidement comme artificielle, ou peut même sombrer dans l'embarras.

Médias sociaux d'entreprise Twitter
Egalement peu conventionnel sur Twitter : Fritz Kola

Il en va de même pour toi en tant que free-lance, ou pour ton agence : tu auras un certain groupe de client·e·s auxquel·le·s tu t'adresseras d'une certaine manière. Si ta clientèle est principalement constituée d'autorités publiques, celle-ci sera différente que si tu crées des sites de portfolio pour des musicien·ne·s. Par conséquent, lors du choix des réseaux sociaux, la question suivante devrait également jouer un rôle : est-ce que je peux m'intégrer ici avec mon propre style, mes offres, mon image ? Ou devrais-je trop me plier en deux ?

Une dernière réflexion sur ce point : il y a toujours des profils de réseaux sociaux réussis qui enfreignent délibérément et très systématiquement les conventions d'un réseau. Je pense ici, par exemple, à l'affirmation selon laquelle Instagram n'est pas fait pour les textes longs. L'équipe du National Geographic, cependant, ne laisse pas cela les empêcher d'écrire une longue histoire pour chacune de leurs magnifiques photos. Cela fait partie de l'identité de l'entreprise.

À cet égard, une fois que tu as compris comment un certain réseau social fonctionne, tu peux également enfreindre les règles non écrites. Et cela peut être très réussi. Essaie les deux variantes et mesure ton succès.

À quelle vitesse souhaites-tu atteindre ton objectif ?

En général, il te faudra beaucoup de patience avec toutes les plateformes de réseaux sociaux. Des succès rapides et viraux sont possibles, mais restent l'exception. Certaines offres ont l'avantage d'être conçues pour un succès à long terme.

YouTube et Pinterest, par exemple, sont des sites qui sont davantage un moteur de recherche et seulement des réseaux sociaux à titre secondaire. L'avantage est que ton contenu peut encore être trouvé des mois et des années plus tard et t'apporter de nouveaux·elles utilisateur·rice·s et de l'attention. L'inconvénient est qu'il faut parfois attendre longtemps avant que le succès ne se concrétise.

Où est ta concurrence et que fait-elle ?

Un autre point que tu dois absolument prendre en considération : que font les autres acteur·rice·s de ton secteur, ou même ta concurrence directe ? Tu peux y trouver des idées et des suggestions. Mais tu dois toujours t'interroger sur ce que tu y trouves. En effet :

1. il se peut fort bien que ta plus grande concurrence n'ait aucune idée de ce qu'elle fait sur le web social. Tu ne dois pas automatiquement supposer qu'elle a pris une meilleure décision que toi, ou qu'elle dispose de plus d'informations ;

2. tu ne verras jamais de l'extérieur à quel point les activités sur les réseaux sociaux de tes concurrent·e·s sont réellement fructueuses. En effet, les chiffres que tu obtiens affichés ne sont généralement pas pertinents. Tu ne peux pas voir combien de chiffres d'affaires en découlent, par exemple. C'est aussi pourquoi je ne l'énumère ici qu'à la fin.

Comment tu ne dois absolument pas prendre ta décision

Quiconque suit les médias pertinents au sujet du marketing en ligne, de l'e-commerce & cie a rapidement l'impression que ces domaines changent radicalement et qu'il y a toujours de nouvelles plateformes et de nouveaux formats.

Dans certaines limites, c'est vrai. Je pense ici à la fonctionnalité de "story" qui a conquis une grande partie du web social de Snapchat. Un autre exemple est le phénomène TikTok. Mais ces grandes innovations sont, tout d'abord, moins courantes que certains médias le laissent entendre. Deuxièmement, il n'est pas nécessaire de surfer immédiatement sur chaque nouvelle tendance pour réussir.

Si tu cibles une population jeune qui aime expérimenter, tu veux bien sûr être partout dans ce qui est tendance en ce moment. Cependant, pour tous les autres groupes cibles, tu devrais toujours commencer par répondre aux questions énumérées ci-dessus. Ce n'est donc pas une raison suffisante pour décider qu'un réseau social fait l'objet de nombreuses discussions en ce moment, ou que "tout le monde" est en train d'essayer la fonctionnalité X ou Y. Si tu souhaites l'essayer, vas-y ! On apprend le mieux et le plus par tâtonnements. Mais ne néglige pas tout de suite tes profils et activités existants.

La règle générale est la suivante : les médias et les consultant·e·s n'aiment pas parler du fait que les nouvelles offres et fonctionnalités ne fonctionnent pas automatiquement mieux que ce que tu fais déjà. Même le bon vieux courrier électronique a encore du succès aujourd'hui ! Cependant, cette déclaration n'est pas très palpitante et n'apporte pas beaucoup de clics ou de commandes de services de conseil...

Qu'en est-il de la "portée" ?

Un·e ou deux d'entre vous ont peut-être remarqué que je n'ai pas du tout utilisé le terme de "portée". N'est-il pas crucial que Facebook soit tellement plus grand que Pinterest ? Non, en fait, ce n'est pas le cas. Ou du moins pas de la manière dont on en parle couramment. En effet, si tu trouves, en tant que propriétaire d'un magasin, exactement ton groupe cible (prêt à acheter !) sur Pinterest, par exemple, alors tu toucheras beaucoup plus de personnes là-bas que sur Facebook.

Comme nous l'avons déjà mentionné plus haut dans la rubrique "concurrence" : le nombre de tes fans ou de tes "likes" n'a pas non plus d'importance en fin de compte. Il est beaucoup plus important de savoir si tu atteins les objectifs que tu vises. Un profil avec 500 abonné·e·s peut offrir beaucoup plus de réussite en coulisses qu'un profil avec 5 000 abonné·e·s. Le nombre d'abonné·e·s, de "likes" et de commentaires est le résultat d'un bon travail, mais pas son objectif. Comme je l'ai décrit dans mon article sur les indicateurs clés de performance du contenu, il n'est pas si facile de trouver les bons paramètres pour mesurer le succès de ton contenu. Cela en vaut cependant la peine.

Autre point : dans les réseaux sociaux qui comptent un grand nombre d'utilisateur·rice·s, il faut se battre beaucoup plus pour se faire remarquer. Ou alors, il faut y consacrer de l'argent. Tu es en effet aussi en concurrence avec un grand nombre d'autres entreprises pour attirer l'attention. Si tu as une page Facebook, tu connais peut-être l'image frustrante de la portée réelle des publications individuelles.

Même si tu as là des milliers de fans et d'abonné·e·s, cela ne te servira pas à grand-chose si tu ne te présentes qu'à 1 % d'entre elles et eux. En revanche, sur les petits réseaux sociaux, il peut être plus facile de se faire un nom et de se faire remarquer. Cela s'applique également à ton agence ou à tes sites web.

Ma conclusion

J'espère que cet article t'a donné·e des idées intéressantes pour repenser ta stratégie en matière de réseaux sociaux. Peut-être est-il devenu évident que, d'une part, tu devrais bien sûr te tenir au courant de ce qui est nouveau et tendance sur le web social. D'autre part, il est important d'utiliser tes propres ressources de manière ciblée.

De plus, tu devrais toujours faire tes propres expériences et recueillir tes propres idées. Ce qui fonctionne pour les autres ne fonctionne pas nécessairement pour toi, tes offres et ton groupe cible. Tu peux également découvrir dans tes expériences quelque chose que tes concurrent·e·s ont jusqu'à présent manqué.

Tes questions sur la sélection des réseaux sociaux

Quelles questions as-tu pour Jan ? Quelles sont tes expériences ? N'hésite pas à utiliser la fonction de commentaire. Tu veux être informé·e des nouveaux articles sur le marketing en ligne pour les agences et les free-lances ? Alors suis-nous sur Twitter, Facebook ou via notre newsletter.

Jan est un journaliste en ligne et un spécialiste de l'édition numérique, avec plus de 20 ans d'expérience professionnelle à son arc. Les entreprises le recrutent comme auteur, consultant ou rédacteur en chef. Il est également le fondateur et l'un des rédacteurs du magazine UPLOAD. Photographe de l'image d'auteur : Patrick Lux.

Articles connexes

Commentaires sur cet article

Laisse un commentaire

Ton adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.